La course à pied Les blogs courseapied.net : brinouille

Le blog de brinouille

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-04-24 07:54:10 : Salade de pâtes tricolores façon Brinouille

J’ai lu récemment le post d’une personne qui n’aimait pas les légumes. Comme j’adore mélanger légumes et féculents, étant gourmande et d’un appétit féroce, je suis l’exemple de Kenlag et vous livre mes petites recettes à moi spéciales gourmands sportifs qui aiment bien avoir l’estomac bien rempli.


Je ne vous livre pas les quantités, c’est en fonction des goûts de chacun, perso je mets moins de pâtes et plus de légumes :

-Pâtes torsadées tricolores.
-Jambon de pays
-Blanc de poulets (ou du poulet rôti)
-Courgettes
-tomates (cerises encore mieux !)
-un peu de roquette (facultatif)
-Un bouquet de basilic frais (ou basilic surgelé mais c'est moins bon)

Sauce :
Vinaigre balsamique de Modène
Huile d’olive
Sel
Poivre
Moutarde

Faites cuire les blancs de poulets à la poêle, Truc de Brinouille : rajouter un peu de Marsala (alcool italien pour tiramisus) pour cuire le poulet, ou un peu de vinaigre balsamique (attention à l’incendie avec le marsala !).

Faites cuire les pâtes « al dente » dans une grande marmite d’eau bouillante.

Découpez le jambon en lanières, réduisez les courgettes en fines lanières à l’économe ou râpez-les. Coupez les tomates en quartiers. Hachez le basilic frais. Rajoutez le poulet tiédi coupé en petits morceaux et les pâtes. Complétez s’il reste de la place dans le plat par de la roquette ou gardez là en décor.

Pour la sauce : commencez par une cuillère à soupe rase de moutarde dans un bol (si vous avez des gamins ou aimez les sauces plus douces, vous pouvez en mettre moins et l’adoucir par un peu de mayonnaise), puis sel et poivre, rajoutez en émulsionnant l’huile d’olive (quantités selon goûts).

Mettez la sauce dans le saladier sur les ingrédients, réajuster le goût si nécessaire car les pâtes ont tendance à « boire » la sauce et l’affadir.

Hop à table !

Les réactions

Par Cyril, le 2007-04-24 08:36:23
Salut,

Merci pour cette idée, j'aime beaucoup inventer des salades, je mange beaucoup ainsi en été, avec les courgettes ça doit être sympa.

Je testerai, merci!

Par riri, le 2007-04-24 08:47:40
ah ouiii merci brinouille ...
et peut être qu'un jour tu auras l'occasion de me faire ce petit repas ;-)) ??

bizzzz la miss

Par Montaigne, le 2007-04-24 09:09:44
Le tricolore à table, que voilà une bonne idée. En plus, c'est plutôt vert-blanc-rouge, à ce que je vois. Tout ça sent bon la Provence et l'Italie... les vacances ! Merci, merci !!!

Par Francis_60, le 2007-04-24 09:31:48
Salut Brinouille,
Très sympa cette petite recette, que je testerai ce w.e. Comment se passe ta récup après ton super MDP...
Francis

Par dragibus, le 2007-04-24 09:48:35
Après le marathon de Paris, Brinouille se met à la cuisine. Mais où s'arrêtera t'elle? ;-)

Par STEGU, le 2007-04-24 09:50:33
Le secret des 3h45 au mdp est enfin dévoilé !
Pour faire plus léger je mettrai la roquette obligatoire et le jambon de pays en facultatif...enfin chacun ses gouts.

Par Olivier, le 2007-04-24 11:16:49
Brinouille pourquoi a tu diffusée ma photo je souhaite rester anonyme...

Olivier.

Par Marlène, le 2007-04-24 12:14:53
Ca me rappelle le téléphone de JP2, bon ok je sors =====>

Par Pépito, le 2007-04-24 12:58:50
Moi aussi j'aime bien mélanger les aliments au grand désespoir de beaucoup.

Ta photo me rappelle mon sévice militaires !

Par krusti, le 2007-04-24 13:24:05

Hmmm ça sent bon.

Pour la photo je trouve curieux d'exposer 2 légumes sur une flûte de pan.

Par PARISI, le 2007-04-24 13:31:03
Sympa ta recette Brinouille mais en temps ordinaire je ne cuisine déjà pas , alors en ce moment avec mes travaux , n'en parlons pas .

Pas mal ta photo de courgettes !!! lol
On reconnait la styliste !!!

A+++ Parisi

Par fan, le 2007-04-24 14:16:55
Brinouille tu es une super nana
continue ne change pas

Par Brinouille, le 2007-04-24 14:52:24
Ouah Stegu t'exagères, Toi qui a fait un marathon tu peux bien mettre un peu de jambon de pays dans tes salades ; ), en plus c'est juste un tout petit peu, et c'est ça qui file tout le bon goût en plus.

Bandes de chasseurs de calories ; ) !!!!

Par Caserne des pompiers, le 2007-04-24 15:53:20
Ah c'est vous?? Bravo! Cette recette a l'air bien bonne mais nous devons déclarer 23 incendies provoqués par des utilisateurs de Marsala :o)

très sympathique recette. Si je fais l'enquiquineuse en proposant un chouille de féta à rajouter? Non bon ok... Ca ira comme ça.

Bises

Delphine

Par duduche, le 2007-04-24 16:22:33
Moi aussi j'aime les mélanges, genre ,ratatouille et pâtes....

Par riri, le 2007-04-24 20:16:49
euh l'aubergine on la cuit avant ?ou pas ??

Par riri, le 2007-04-24 20:22:55
loupé je voulais dire les courgettes !!!

Par zed, le 2007-04-24 20:23:10
Sympa ta petite recette!!!!!
J'espere que tu récupères bien de ton marathon.

Par Rocaneli, le 2007-04-24 21:14:46
Merci Brinouille pour cette recette et ce billet sympa, exactement comme son auteur, je sens d'ici toutes les bonnes saveurs méditerranéennes.

Par brinouille, le 2007-04-24 23:11:37
delphine : j'en ai une autre avec de la feta, prochain épisode !

Par brinouille, le 2007-04-24 23:12:59
Riri : la courgette on ne la cuit pas, on se contente de l'émincer très finement.

Par Eric77, le 2007-04-24 23:25:26
Encore une recette bien sympa à l'approche de l'été, merci Brinouille !

Par romain, le 2007-04-25 10:25:23
salut Brinouille,
un eautre recette moins compliquée et tout aussi bonne :

2 courgettes
1 aubergine
4 ou 5 "vaches qui rient"
des pates (torsadés , macaroni ou autre formes , tricolores aussi ! )

faites revenir ls légumes en petits dés , ajouter les pates cuites ( 300grammes crues ou plus) et ensuite touiller le tout avec les vaches qui rient !
et c'est prêt miam !!!

Par kenlag, le 2007-04-25 11:18:16
Merci Brinouille, très sympa cette recette. Pour la sauce , vous pouvez rajouter un jaune d'oeuf :)

Par bernard, le 2007-04-25 14:38:36
Brinouille ,elle fait de la bonne cuisine et en plus elle est trop mignonne ,je l'ai vue au MDP au départ !

Par Nanard, le 2007-04-25 15:19:24
OUI A CROQUER CETTE BRINOUILLE
QUELLE BEAUTE!!!!

Par fan, le 2007-04-27 10:54:56
tip top la pitite brinouiile je lé vue au MDP au départ avec sa copine C ou elles veule quand elles veule loool

Par fan, le 2007-04-27 10:55:55
tip top la pitite brinouiile je lé vue au MDP au départ avec sa copine C ou elles veule quand elles veule loool

Par imagine13, le 2007-07-03 21:26:53
quelqu'un a une entrée originale car je dois préparée qq chose pour jeudi cause invitation

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-04-15 23:26:34 : C.R. marathon de Paris - 5 photos - 61 réactions

Ce n’est pas facile de résumer 42 km 195 !


Commençons quelques jours avant la course avec mes interrogations, et les multiples coups de fil de Fred pour me rassurer les derniers jours : stresses pas trop, c’est l’heure de dormir (alors que je suis encore au boulot), non pas de sucre dans l’eau avant la course, les gels tous les 10 km, non pas le droit de boire comme une assoiffée avant le départ, des petits coups de fils anodins mais précieux et rassurants, merci Fred ;-)

Puis il y a le jour J, le réveil étrangement calme au petit matin, puis d’un seul coup l’évidence que c’est aujourd’hui le grand jour avec la tenue que l’on enfile comme pour une cérémonie d’intronisation, l’étrange Gatosport caoutchouteux et les derniers soins pour ne pas s’abîmer les pieds ou pour préserver au possible ses muscles, qui sont réalisés dans une ambiance quasi religieuse.

Il y a le joyeux trajet en voiture avec mes acolytes, Jean-Luc, Martine et Fred, le cardio qui affiche les puls croissantes alors que je suis assise, Puis la rencontre en live avec les gars et les filles du trombinoscope - et ils en ont des bonnes têtes les trombinés- . On en oublierait presque que l’on va au final être seul face à soi-même. : )

Je rentre dans le sas. L’excitation du départ se mue en appréhension à l’approche du coup de feu, mais je ressens aussi un grand bonheur d’être là, d’avoir réussi à mener à bien ma prépa malgré les quelques menus pépins physiques et la charge d’entrainement croissante. La joie se lit sur les visages, et encore plus sur ma bouille de néo-marathonienne. J’ai une banane qui ne me quittera plus durant 30 km.

C’est parti, et curieusement ça n’a plus rien d’exceptionnel parce que je cours comme d’habitude, que ce n’est qu’une très longue allure marathon qui commence. Puis très vite le côté exceptionnel reprend le dessus parce qu’il y a la foule qui court vers le même but, tous ces encouragements qui fusent de tous les côtés, Madame « boutique marathon » solidement campée sur ses jambes qui rythme la circulation à coup de sifflets, les orchestres au fil des km.

Je dois rester avec Fred et Martine jusqu’à Bastille, mais ça me démange de courir un poil plus vite car je vois le temps filer. Le cardio est déjà dans ma plage autorisée 168/170. Fred me dispute, il a raison. Il arrivera à me freiner un peu jusqu’au 5ème.

J’accélère un poil et quitte Fred et Martine. Je m’inquiète pour mes puls qui s’envolent à 175 et ne veulent plus descendre, pour une vitesse inférieure à mes entrainement à allure marathon. Tant pis pour le chrono, de toutes les façons les temps de passages inscrits sur mon bras sont en train de s’effacer. Alors je vais courir uniquement au cardio et à la sensation. Et surtout Je regarde et j’apprécie, je ne me rappelle de rien d’autre jusqu’au 21ème km :

-Emma au métro Saint-Paul les yeux perdus dans la foule surprise par mon arrivée et qui trouve tout de même le temps de crier des encouragements.
-L’arche gonflable du dixième kilomètre que l’on passe avec des encouragements encore plus fort, et de mon cœur qui bat la chamade en les entendant.
-Cette petite mamie aux cheveux blancs à porte dorée, qui propose poliment de donner de l’eau d’Evian aux coureurs avec une expression de plaisir évidente et réjouissante.
-Puis il y a au 15ème Duduche qui est là pour m’accompagner sur 21 km. Compagnon de route, porteur de bouteilles, fournisseur de gels énergétiques, et super supporter. Ca change tout d’être accompagnée : )
-la jolie rousse Squirel au 17ème, je lui prends la bouteille d’eau qu’elle me tend comme un écureuil farouche saisirait une pomme de pin. Je n’ai même pas eu le temps de te remercier ! Merci merci !
-Vers le 18ème km Une femme âgée aux cheveux blancs qui court à belle allure les pieds nus. Image complètement décalée et hallucinante avec un côté « Requiem for a dream » !
-La mauvaise nouvelle de l’abandon de Martine. J’étais triste et mesurais l’ampleur de sa déception, mais j’ai eu encore plus envie de ne rien lâcher.

Les km passent sans que je les voie, je ne regarde pas le chrono, il n’a aucun sens pour moi, juste mes puls qui sont toujours à 175. Les quais sont plus durs, les jambes sont plus lourdes,

La fatigue se fait sentir à partir du 28ème km, mais l’énergie est toujours là. Il commence à faire chaud, mais je vais bien et je m’amuse toujours. Je trempe ma casquette dans l’eau aux points d’eau pour me rafraîchir. Pas de mur à l’horizon. Je commence à dépasser pas mal de coureurs

Au 31ème Emma et Linda me font les PomPom girls pailletées criant « alllllez Brinouille » et nous accompagnent durant 200 m. tout le monde est amusé devant un tel enthousiasme, moi je suis hilare et réjouie, ça me file une pêche monstrueuse. Toujours pas de mur, je ne verrais pas sa couleur.

Un peu avant le 35ème des amis très proches sont là rien que pour moi et ça me fait super chaud au cœur de les voir, j’ai presque envie d’en pleurer de joie. Ça me galvanise, je dépasse de plus en plus de personnes.

Le 35ème passé c’est la porte Molitor et sa petite côte qui m’enlève le sourire, je ralentis mais je ne lâche rien. Je sens mes quadriceps qui commencent à se tétaniser. Mes amis qui sont venus se poster là pour à nouveau me soutenir voient clairement la différence avec le km précédent. Autour c’est l’hécatombe. De la souffrance partout dans les yeux, beaucoup qui marchent.

Duduche me laisse filer seule, il a déjà fait une sacrée sortie longue uniquement à son allure marathon. Merci Duduche de m’avoir accompagné aussi longtemps, j’espère que tu n’as pas trop brûlé tes cartouches dans cette chaude et intense sortie.

Je commence vraiment à souffrir des cuisses et des mollets mais ce n’est rien à côté de bien d’autres. Je slalome à présent pour dépasser les coureurs qui marchent ou ralentissent. Il y a un homme qui se tord de douleur au 37ème en hurlant littéralement, le ventre certainement. Des malheureux qui tentent de s’étirer sans parvenir à ôter leurs crampes. J’essaye de faire de même mais peine perdue, je vois qu’il faut mieux continuer et surtout ne plus s’arrêter. Un homme est couché sur le côté avec des coureurs qui tentent de l’aider…. ça fait vraiment peur.

Enfin je vois Fred qui arrive pour m’accompagner sur les dernier km, je n’ai pour une fois plus la force de parler. Je me laisse asperger d’eau, l’écoute m’encourager sans pouvoir rien répondre. De moi on entend juste ma respiration qui devient sifflante et mes pas. Je me concentre sur ma course, Il n’y a plus que ça à faire pour ne pas se décourager et aller jusqu’au bout. Nous passons le 38ème km.

39 et 40ème km : Les ballons des 3h45 qui n’étaient jamais vraiment loin nous dépassent. Les meneurs ont décidé d’accélérer. J’essaye de les suivre mais je n’arrive pas à autant accélérer, je les laisse filer, dommage. Fred me laisse au 42ème finir seule, je réussis à accélérer un peu pour passer sous les 3h50.

Au final 3h48mn47. 213ème place en SF.
3 petites minutes de plus que mon objectif, finalement ce n’est pas grand-chose par ce temps.
Et une super course agréable durant 30 bornes, Une souffrance musculaire toute nouvelle pour moi sur 7 km, et un grand grand bonheur à l’arrivée.

2007-04-14 08:31:43 : Les interrogations de J-1 - 3 photos - 50 réactions

Un réveil un peur trop matinal me permet toutefois de gamberger sur des broutilles qui ont leur importance.

Emma, Sedef, Duduche, Ludd, Hill...vous qui aurez à me repérer peut être dans la foule, alors que je suis toute petite : voici la tenue du jour, désolé pas de rouge Brinouille pour le débardeur qui est blanc pour limiter la chaleur, mais du rouge Brinouille pour la casquette qui finalement risque d'être utile. et un coquet short noir pour avoir au maximum les jambes à l'air.

Après pas mal d'essais et l'achat d'une pochette qui se scratche sur le biceps qui ne me convainc pas, je reviens finalement au plus simple en me rappelant qu'Enzo m'a conseillé d'en emmener le moins possible : 2 pochettes gels accrochées par des trombines sur le t-shirt (Duduche se chargera de me donner les autres, et au cas où je vais en filer à Ludd), le portable que je veux absolument pour ne pas rater Duduche dans un gant.(et oui c'est un hommage à Michaël Jackson ! ; )..Préalablement entouré de scotch au dos, pour ne pas que ma transpiration le flingue comme l'année dernière !

Eau aux ravitaillements et avec une partie des super gourdes de la ceinture de Duduche à partir du 15ème km.
Au cas où j'emprunte ce soir la ceinture gourde de Fred, car je crains tout de même de manquer d'eau, mais je ne suis pas vraiment sûre que ce soit nécessaire, vu que je vais m'hydrater énormément avant la course.

je viens d'effectuer le dernier footing, j'ai récupéré 80 % de mes mollets, tensions légères mais pas assez présentes pour me gâter le plaisir de courir.
Pour une Brinouille ça devrait le faire : )

2007-04-12 07:53:20 : Insomnies - 1 photo - 35 réactions

J-4 et voici les insomnies qui arrivent...un petit prétexte auditif et hop me voici chouette à même pas 5h00.... Comme ont pu parfois le constater les matinaux du forum, je suis une chouette du petit matin.

l'esprit vagabonde, pas forcément sur la planète marathon. Mais il y passe souvent, la survole, ose s'y attarder et en imaginer l'atterrissage...Aussitôt une étrange et douce fébrilité m'envahit, mon coeur fait quelques embardées.

C'est la même sensation quand je vois les grandes affiches placardées partout dans Paris. J'en viens même à aimer leur style un peu pompeux, à être flattée par le mot " monumental ", et à guetter dans la rue les prochains coins de ciel bleu & Champs Elysées superdorés.

Fierté un peu ringarde et toutefois délicieuse de petite coureuse anonyme : )

2007-04-08 18:56:27 : Marathon de Paris J-7 - 3 photos - 28 réactions

Semaine appliquée mais sans passion!

Mardi 1 h à 74/75 %
Je me suis si concentré sur la position de mes bras que j’ai volontairement oublié de surveiller mon cardio… résultat un footing les bras bien abaissés et dans l’axe, mais trop rapide, à 156 bpm de moyenne soit 78 %, sans doute une allure imprimée par mes débuts au milieu des Vincennus du dimanche. Une sortie faite parce qu’il fallait la faire, avec des sensations très moyennes car la dernière sortie longue, même si elle s’est passé merveilleusement, a laissé des traces. Les soléaires sont durs, le jambier postérieur tire beaucoup, et le périoste qui n’aime pas du tout se faire tirer par le jambier postérieur râle fort. Heureusement ma kiné est là pour amoindrir les dégâts.

Jeudi sortie d’1h18 :
38 mn à 75/75 %, 20 à 76/77 %, 15 mn allure marathon à 84/85 %, puis 10 mn régé à 78/79 %

Idem. Je ne suis ouvertement pas du soir, les sorties de plus d’1h me conviennent mieux le matin. Je me traine sur les 50 premières minutes et mon cardio me joue des sales tours. Je n’arrive même pas à atteindre 10 km/h, les pattes sont toujours dures. L’allure marathon me conviendra mieux, autour de 11,5 km/h….d’ailleurs je constate que je suis resté à plus de 60 % dans la zone cible, ce qui est pour moi assez fort, car je suis en général au dessus des FC préconisées. Ma sortie sera égayée par la faune du bois de Vincennes : 3 superbes faisans et un pivert viennent me saluer…chouette récompense pour une parisienne, ça change des pigeons….

Samedi 35 mn à 74/75 %, 3X1000 m à 86 % récup 1 mn, 10 mn régé à 75/76 %
RV au lac de saint mandé avec Fred et sa fille à vélo. Mon super soutien gorge Adistar Fusion sur lequel on peut clipper le capteur du cardio est en fin de vie, je n’aurais certainement pas dû l’oublier sur un radiateur… résultat les électrodes sont mortes et les puls s’affichent à peu près correctement au bout de 40 mn, juste pour la série de 1000 m, ouf ! Je vais plus vite que d’habitude sur ces 1000 m, entre 12 et 13 km/h (peut être que le cardio débloque encore et sous évalue ma FC) le cœur semble être en forme, les mollets continuent leur discours.


Bilan de la semaine :

- Je suis soulagée d’en avoir fini avec le plan marathon car l’accumulation des km se fait durement sentir. J’ai désormais une semaine pour me reposer, m’occuper de mes mollets et les récupérer, et je ferais si nécessaire l’impasse sur le footing de mardi pour les préserver.
- Je dois m’acheter un nouveau soutien gorge Adistar fusion pour pouvoir utiliser correctement mon cardio sur le marathon…sinon je risque selon mes travers de partir en trombe et finir dans le mur, et pas question de revenir à l’ancienne sangle de cardio qui glissait toute seule lors de mes footings.
- je dois commencer mardi un « régime spaghetti » pauvre en glucides les 2 premiers jours, et hyper glucidiques les 3 derniers. Je reste perplexe cependant concernant les aliments des derniers jours, est-ce bien nécessaire de se gaver de toutes sortes de glucides, y compris sucres et gâteaux quand on a tout fait pour les éviter durant 2 mois ?
-je me pose encore quelques problèmes pour l’alimentation en course. Pour l’eau je prendrai celle des ravitaillements. Pour les gels je me demande quand dois-je prendre mon premier gel.
-pour le mental tout va bien, je n’angoisse pas trop, ne somatise pas plus que d’habitude.
; )

2007-04-04 18:37:16 : "retard" - 1 photo - 15 réactions

Retard

A l'entrée du dernier virage, j'étais troisième. Devant, il y avait un kenyan et un anglais. Mes muscles étaient en bois et j'avais beau forcer, je sentais que je ne pourrais pas revenir sur eux. Alors dans ma tête, ont surgi des images de mon enfance, des images de bohneur, de paix intense, de ces jours où j'arrivais à table hors d'haleine après avoir couru des heures durant dans la campagne alentour comme un chien de chasse. La force de ces souvenirs m'a fait retrouver mes jambes de l'époque, cette frénésie infatiguable, cette joie de vivre et de bouger. La fin de la course fut pour moi un enchantement, un jeu d'enfant. Je rentrais simplement chez moi au galop pour dîner. Au moment où je franchis la ligne, au coeur de ce stade immense, couvrant les hourras des spectateurs, je jure avoir entendu la voix de ma mère me dire "tu es encore en retard."

Jean paul Dubois
chronique extraite de "Parfois je ris tout seul"


Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net