La course à pied Les blogs courseapied.net : brinouille

Le blog de brinouille

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-07-09 21:12:45 : A la demande de quelques gourmands : le Tiramisu

LE TIRAMISU (pour 6 personnes, préparation 24 heures à l'avance)

2 jaunes d'œufs
1 blanc d’œuf battu en neige
2 cuillères à soupe de sucre en poudre
quelques gouttes d'extrait de vanille
250 grammes de mascarpone GALBANI/Santa Lucia (rayon fromages)
200 grammes de biscuits à la cuillère (pas des boudoirs)
17, 5 cl (1/2 cannette) de café noir fort
2 cuillères à soupe de marsala (alcool italien)
Facultatif, si on aime les gâteaux alcoolisés : 1 cuillère à soupe d'eau de vie (rhum ou cognac)
1 cuillère à soupe de poudre de cacao non sucrée (van houten c'est bien)
1 cuillère à soupe de chocolat noir rapé (facultatif)

dans un saladier, battre les jaunes d'oeufs et le sucre jusqu'a ce que le mélange devienne crémeux, aouter l'extrait de vanille et le mascarpone et mélanger. La préparation doit être ferme. Battre les deux blanc en neige et en incorporer délicatement la moitié à la spatule jusqu’à que le mélange soit ferme mais léger.

Dans un plat, mélanger le café noir, le marsala et l'eau de vie, tremper rapidement les biscuits, de façon à ce qu'ils soient tout juste imbibés de café, sans se défaire ni se ramollir.

Disposer les biscuits l'un à près l'autre après chaque trempage dans le fond d'un grand saladier, bien rangés, recouvrir d'une couche de crême au mascarpone, continuer en superposant biscuits et crême, finir par une couche de crême, et saupoudrer de cacao passé au tamis pour éviter les grumeaux, rajouter éventuellement un peu de chocolat noir rapé.

Mettre le tiramisu au réfrigérateur pendant minimum 3/4 heures, l'idéal étant une nuit au réfrigérateur pour que les parfums se développent bien.

bon appétit et au moins 3 bonnes séances de CAP pour rattraper tout ça !


Les réactions

Par jibé, le 2007-07-09 21:13:49
Ah ben voilà ! enfin ;)

Par Petit-Renault8, le 2007-07-09 21:18:25

C'eest rare que le texte mette plus en apétit que la photo associée. ;-)
Une pieuvre atteint de dermatose.
Vraiment !
Bravo comme même.

Par titi, le 2007-07-09 21:30:04
merci

Par Sedef, le 2007-07-09 21:34:10
Non, les bonnes recettes ne font pas grossir.

Par PARISI, le 2007-07-09 22:04:15
Merci BRINOUILLE !!!
Cependant , je suis persuadé que j'aimerai davantage si c'est toi qui le fait ce tiramisu !!! lol
Peut étre qu'en attendant , je m'en offrirai en de chez Picard car je n'aime pas cuisiner !!! lol

A+++ PARISI

Ps As tu été voir Edouard .... Pailleron !!! lol
Et si oui , qu'en as tu pensé ??

Par Brinouille, le 2007-07-09 22:47:02
Ce n'est pas dur le tiramisu à préparer Parisi, moi non plus je n'aime pas trop cuisiner...pas assez patiente !
je suis allé hier matin à la piscine Pailleron, j'ai adoré, elle est magnifique ! j'y retournerai en soirée pour évaluer la fréquentation, et je pense m'inscrire à un cours de natation à la rentrée pour rendre mon crawl efficace...car pour le moment c'est du sur place : /

Par PARISI, le 2007-07-09 23:02:29
Super BRINOUILLE !!!
Je suis bien content qu'elle te plaise cette piscine !!
C'est vrai qu'elle est très belle et elle me semble bien entretenue coté hygiène .
T'as vu que je ne sais plus trop ou mais je t'ai indiqué que j'avais été voir ton club qui n'est pas très loin et vu de l'extérieur , ça a l'air aussi très bien !!

A+++ Parisi

Par Cafard Naum, le 2007-07-09 23:13:53
Miam !!
Mon dessert préféré !!
Mais ces temps-ci j'ai envie de changement, et de fraicheur (oui je sais, j'ai qu'a mettre le nez dehors en ce moment pour avoir de la fraicheur), j'ai envie de faire un tiramisu fruité (aux fraises par exemple).
Certainement un scandale pour les puristes !!

Par Delphine, le 2007-07-09 23:14:52
Salut Brinouille,

Presque même recette sauf que je rajoute une couche de chocolat rapée au milieu :o)
Et autre conseil, mettre le tiramisu au congel 1/4 d'heure avant de servir (ne rajouter chocolat ou cacao qu'à la fin).

merci pour cette recette :o)

Par Pépito, le 2007-07-10 00:29:28
Arrrrrrrrfffffffffffff,........argnagnagnagnagna,...du tiramisu ;o)

Par laurent, le 2007-07-10 08:31:43
merci brinouille pour cette recette
maintenant j'en ai l'eau à la bouche
ça donne faim

Par mielou, le 2007-07-10 08:46:43
je vais contacter kenlag pour qu'il revienne constater que brinouille reprend les fameuses recettes !
tu vois brinouille,
tu croyais que c'était pour ton physique, et bien non !
l'homme aime le chocolat...

Par totø, le 2007-07-10 08:47:03
j'ai 200g en lisant!!! c'est mal parti

totø

Par Vincent 75, le 2007-07-10 10:09:38
Même recette. Quand je n'ai pas de marsala, j'utiise de l'angostura bitter et du rhum. Pas mal non plus.

Il est étonnant alors que la recette est si simple de manger tant de mauvais tiramisu dans les restaurants.

Par Krusti, le 2007-07-10 10:33:48
Je suis bien d'accord avec Vincent, encore un mystère de la restauration.

Par ailleurs être capable d'attendre 3/4 d'heure à la limite , c'est juste le temps de relever ses mails, mais une nuit :-))) Non là...

Par Fred, le 2007-07-10 11:32:29
C'était très bon comme toujours, mieux que ça même, ça ne se raconte pas, ça se déguste. Mais pourquoi fais tu toujours du tiramisu pour une seule personne ? Si c'est un problème de taille de plat je cours t'en acheter un !
Biz
Frédéric

Par STEGU, le 2007-07-10 13:33:58
Quand il y a du Tiramisu, je ne laisse pas ma part au chien :-)))

Par Brinouille, le 2007-07-10 15:07:05
c'est vrai dans les resto c'est incroyable car je trouve ça impossible à rater, sauf si on change de marque de mascarpone sinon le tiramisu est trop liquide. La seule fois où je peux dire que j'en ai raté un, Fred était content mais ses enfants furent ivres hips !

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)



Les 5 billets précédents

2007-07-07 14:12:28 : Argereta Lilian Claber et les meilleurs - 1 photo - 35 réactions

La première fois que j’ai aimé la course c’est lors d’un cross en 6ème. On m’a mis sur la ligne de départ, le coup de feu est parti, j’ai couru à perdre haleine et Hop je suis arrivé 3ème presque sans m’en rendre compte. Après évidemment je me suis prise au jeu, et chaque année j’essayais d’atteindre le podium, mais je ne suis jamais arrivé que deuxième, tout en étant allègrement dépassée dans les 400 derniers mètres alors que je menais depuis le début ….vexée j’ai pensé que gagner une course n’était pas à ma portée, Qu’il y aurait toujours des meilleurs devant moi….Puis j’ai pratiqué le hand-ball et j’ai oublié. Y’avait quand même un peu de course dans le hand-ball, je pouvais me défouler dans les contre attaques.

La deuxième fois c’est en regardant passer le marathon de Paris. J’avais dans les 25 ans, j’habitais porte d’Auteuil, je me suis levé tôt pour voir passer les meilleurs. J’imagine que ceux que j’ai vus devaient être dans les temps de Fabien de NicoPSA ou d’Enzo… j’ai essayé de courir « derrière » eux, et bien sûr je me suis essoufflé au bout de 400 m. Ils étaient sublimes ces meilleurs, incroyablement rapides, si courageux, totalement hors normes, complètement inatteignables. Comment pouvaient –ils courir 42,195 km à l’allure de mes 400 m ? J’ai continué à les regarder passer, les larmes aux yeux avec tout un tas d’émotions dans le cœur : enthousiasme, admiration et envie.

Une pratique en dilettante de la CAP c’est alors installée, quelques footings endiablés le dimanche, par ci par là. J’ai fait une tentative de 10 km un an plus tard, Je suis parti trop vite et j’ai abandonné au 8ème km.

La troisième fois fut décisive, aux championnats du monde d’athlétisme à Paris, fin août 2003. Je regardais courir les séries du 5000 mètres femmes dans une ambiance incroyable : il y avait les meilleures, et il y avait une fille bonne dernière, qui semblait si lente à côté du peloton de tête….loin derrière, 1000 m dans la vue et pourtant là, opiniâtre, appliquée, heureuse d’être là, incrédule cependant de voir qu'il lui restait encore 400 m à faire quand toutes les autres avaient passé la ligne, et qui terminera en battant son record personnel. Alors une pensée folle m’est arrivée dans la tête. Moi aussi j’arriverai à courir comme elle, comme la dernière des séries des championnats du monde de 2003. Je sous estimais bien sûr la véritable valeur de son chrono, mais je sentais que c’était presque accessible, qu’il fallait y travailler, et que si ça n'était pas possible, l’aventure serait tout de même constructive. Alors j’ai commencé à vraiment m’entrainer et j’ai trouvé ce forum.
Aujourd’hui je me suis rappelé de cette fille, et je suis allé la retrouver dans les résultats officiels des championnats du monde 2003 : Argereta Lilian Claber du Honduras, en 16ème place de la plus lente des séries avec son chrono de 20mn17s90.

Argereta Lilian Claber.... ma concurrente imaginaire du stade de France, à la fois si loin et si proche, peut être jamais rattrapable, je te remercie, si je cours et si je m’entraine comme celà, si j'ai fait dernièrement un si joli chrono à 1mn30 de ton record personnel c’est grâce à toi.

2007-07-01 20:33:39 : Mes foulées d’île de France -5 km- - 3 photos - 37 réactions

Ah la dernière course parisienne de la saison…ses belles miss en madras, son punch et ses accras ont réussi à chasser la pluie et même faire revenir le soleil ! Il n’était pas prévu que je la fasse mais je n’ai pu résister à une dernière cavalcade avant une petite coupure.

Est-aussi le punch qui a attiré tant de têtes du forum ? Houdini, JCC, Jafangie et sa fille, Duduche,Wimm, Folichon, JP75018, NicoASM, Franck, les vincennus Yann, Enzo, vincent75, pierrot, sedef, martine et fred, Krusti et sa moitié arborant un bronzage caramel totalement indécent , Stegu…. j’en oublie encore d’autres….et aussi Thyo qui nous a fait une démonstration de sa superbe marche athlétique.

Départ du 5 km un peu rapide avec pleins de filles devant, ça va être serré. Le cardio me rappelle à l’ordre et je prend mon allure de croisière. Je grignote 2 filles, 2 autres me laisseront totalement sur place . Je m’accroche à la 3ème, la dépasse même durant 2-3 minutes, mais elle profitera d’un moment de faiblesse vers le 4ème pour me filer un coup au moral puis 20 secondes dans la vue. Ce n’est pas grave, la talonner m’a fait aller plus vite que prévu avec je passe la ligne avec un 21mn53 pour 5052 m. je me suis épatée d’avoir tenu du 4mn19 au km alors que mon objectif de 22 mn/4mn24 au km me paraissait presque ambitieux. 5 km c’est juste la bonne distance pour que je sois régulière jusqu’au dernier km. Certes on souffre sur le 4ème km mais l’arrivée n’est pas loin… et ça me convient parfaitement ! Effectivement dans ces conditions je devrais tenter les cross.

Au final je suis 4ème. La bonne surprise c’est que je suis 2ème senior F , l’autre surprise c’est que les organisateurs se trompent et m’appellent pour la troisième place au scratch, en toute innocence je monte sur un podium mais pas sur le bon et Hop je rafle une grosse coupe qui ne m’était pas destiné…bon heureusement la véritable première de la course sera ultérieurement récompensée, pour peu j’aurais eu mauvaise conscience !

Joli 2ème place également pour Martine en V2….c’est dingue le monde de la course à pied, plus les catégories grimpent et plus les filles sont belles sur les podium.

Je passe sur la Récupération avec la Frogus team avec leur fameux breuvage belge Folichonais qui chasse les courbatures les plus rebelles, avec quelques effets secondaires type conversation paillarde, rigolades incontrôlables et gentil apostrophage des divers badauds et joggers passés par là.

2007-06-26 06:19:06 : Marathon relai de Choisy le 24 juin 2007 : C.R. du team "Sapotille" - 6 photos - 32 réactions

Je passe la plume informatique au premier relai : Sedef et ses 12300 m

C’est avec décontraction que j’abordais ce marathon-relais 15 jours après mon périple suédois pas franchement réussi. Avec le plaisir aussi de courir pour une fois en équipe. Volontaire pour assurer le premier relais, je m’étais fixé un objectif assez ambitieux compte-tenu de mon supposé état de fatigue, soit 47mn environ pour 12,3km.

Au top départ, je me retrouve pas loin de la tête mais un peu gêné tout de même car le chemin est assez étroit. On commence par une portion plutôt descendante et le premier km est donc bouclé dans le temps idéal de 3mn44. Suit une grande ligne droite avec un petit vent de face. Je cherche un petit peloton pour m’abriter un peu mais le rythme étant un poil lent, je décide de doubler et de gérer seul comme un grand. Une petite montée sur un pont est avalée sans problème et je conserve une allure régulière. Succession ensuite de portions relativement sinueuses. Je surveille mon cardio quand il veut bien marcher, constatant qu’il est bien haut (163-164 pour 174 de FCM) : la chaleur encore. Ne voulant pas me planter comme à Stockholm, je décide de rester sage et de ne pas aller au-delà . Excellente idée car, à partir du 2ème tour, personne ne me doublera. Par contre j’aurai la joie sadique d’en ramasser quelques-uns soudain moins fringants.

Ma vitesse restera régulierement en 3mn53. En tous cas, je sais bien gérer la fatigue de la mi-course, je n’attends plus les km comme une délivrance. Au contraire, je me surprends à prendre un curieux plaisir dans la souffrance (relative). Et la seule fois où j’ai un peu pioché, les voiliers préparant la coupe de l’America sur le bassin ont distrait mes yeux globuleux.

Un coucou à Delphine sur le 3ème et dernier tour et je me lance à la poursuite d’un divin chauve. Sans succès mais comme j’etais seul, il m’a servi de repère. Et c’est ensuite l’entrée dans l’aire des relais remplie d’une foule bruyante et colorée. Les 300 derniers mètres ressemblent à un cross. Je tape la main délicate de Carole, alias l’oiseau des iles, qui s’élance très concentrée.
47mn31 réel pour 12,3km : plutôt satisfait et rassuré après cette mini-coupure post-marathon.

Sedef.

Deuxième relai : voici le CR de Carole et ses 8500 m

Bonjour Ici le journal de Choisy !

Nous sommes réunis dans le parc interdépartemental de Choisy pour faire la course la plus éminente du Val-de-Marne. Il s’agit, ladies and gentlemen, du Relais-marathon « Heineken » mais que dis-je Ekiden !

Le départ de la course commence à 9 h par un coup de feu. Coach Pierre passera le relais après avoir fait ses 3 tours à la gazelle Carole. C’est parti, on aperçoit Coach qui court à grande vitesse pour passer le relais en 47mn31 à Carole qui après avoir tapé dans la main de Pierre, enclenche son chronomètre. Carole court tranquillement comme toujours et doucement pour son 1er tour mais, ne vous y fiez pas, elle a de la ressource. Comme dit si bien Jean de la Fontaine : rien ne sert de courir, il faut partir à point. C’est d’ailleurs ce que je fis car au 2e tour, j’augmente ma vitesse. Enfin bref, je suis ravie d’avoir fait une superbe performance en 36 min 58 s avec mon équipe en passant le relais à la charmante petite Sabrina.

Franchement c’était une superbe course et surtout quelle équipe !!!. Au fait, c’est quoi le nom de cette équipe ? Suis-je bête ! C’est « Sapotille », la seule, l'unique.

Carole.

Troisième relai : mon loong CR de Brinouille et mes 8500 m

Il m’a fait douter cet Ekiden ! on est là en équipe pour se faire plaisir et partager notre passion , mais je me dis aussi « si à un moment j’étais mal et je décidais d’abandonner ? » Sur les 10 km on est toujours à cette lisière entre l’allure/la respiration inconfortable et l’insupportable… en tout cas moi je le suis et j’oscille souvent entre l’envie d’abandonner et celle de m’accrocher ! NicoPSA m’a concocté un plan d’entrainement depuis 1 mois et demi pour pouvoir retrouver un peu de vitesse après le marathon. j’ai avalé des tonnes des 100 m avec plaisir, mais je déplore d’avoir raté les dernière séances de 1000 m et 500 m, et une petite crève cette semaine m’a fait trainer la patte sur les dernières séances.

Sedef nous tend juste avant le départ une feuille avec nos objectifs de temps…Oulah ça rigole pas !
46mn44 pour 12300 m pour sedef , 36mn33 pour Carole aux 8500 m, 38mn15 pour moi, 33mn59 pour Nico, et les derniers 4400 en 18 mn 55. Objectif ambitieux de 2h54.

Carole arrive comme une fusée. Je pars un peu vite mais trouve mon allure au bout de 200 m. mon coatch m’a conseillé de ne pas dépasser les 177 puls dans les 3 premiers km, puis d’aller vers les 181…alors connaissant mes difficultés à finir j’essaye de suivre religieusement cela tout en assurant les 4 mn 30 au km. Premier km pile poil en 4mn 30 et le cardio à 175, deuxième km idem, un vrai métronome et le cardio vers 177, 3ème idem un peu contre le vent et là le cardio s’envole vers 181. A partir de là le cœur ne fera que monter ! je tente de rester dans les limites de mon supportable - mais au 4ème km j’ai perdu 8 secondes. Je croise Delphine qui me met dans la boîte à coucou. Je pense stoïquement que je paye le peu de séances au seuil que j’ai fait, tous ces 1000 et 500 m zappés même si je n’avais pas trop le choix pour la plupart. Les secondes se perdent au fil des km et je cantonne mon cœur dans les 183/84, vers le 6ème j’ai l’impression de lire que 40 secondes se sont envolées ! je peste et je tente le cœur à 186/187 pour le dernier km. Sprint et souffrance sur 200 m….J’arrive en 38 mn28. Finalement c’est moins décevant que prévu ces 14 secondes de plus que l’objectif !

J’imagine mal remettre ça avec toute l’équipe dans une trentaine de minutes, mes quadriceps sont à la limite de la crampe. Nicolas en quatrième relai arrive trop vite à mon goût et tout grimaçant…. le pauvre va devoir continuer ! Nous voilà repartis tous ensembles. Heureusement pour Nico c’est mon rythme à moi que l’on va prendre, son visage devient à nouveau serein… Et là pour le coup j’ai la pression car je dois tricoter des guibolles et juste devant il y a une autre équipe mixte ! Au début je me décourage, puis je vois que le coeur va bien et que mon rythme est un peu plus rapide que le leur et que je les grignote, alors zou je me zèle et nous finissons par les dépasser. Sedef s’inquiète « -t’es sûre que ? » On est en 4mn31 au km... Ben non je ne suis pas sûre, mais on verra bien ! le cœur dérive à nouveau, j’ai une telle crainte voir revenir l’équipe mixte derrière que je n’oserais jamais me retourner. Au troisième on rattrape de belles autruches toute orangées et j’en profite honteusement pour dépasser au moins une fois dans ma vie la Pépite ; ) ! j’ai envie que ça se termine, mon cardio est à 185 je râle et dis à mes acolytes que je n’en peux plus. on arrive dans les dernier 400 m, carole s’inquiète pour moi mais fiérote je sprinte comme je peux, On se prend tous la main et l’espace de quelques secondes deviens un petit wagon trainé par 3 locomotives. Au final 3h00mn20s, tant pis pour les 20 secondes !

Conclusion perso : Une chouette journée de passionnés de running et d’éternels gamins ! la rencontre de mielou, de jeje77, des turtles…..et un super pique nique sous un soleil parrainé par le dieu de la CAP.

Les 45 au 10 km me semblent définitivement impossibles à moins de ne plus faire l’impasse sur les 500 et 1000 m, voire même en faire un peu plus, modérer un peu mon alimentation pour être un poil plus légère…et dormir un peu plus ! Merci à NicoPSA qui avec ses conseils de course qui arrive à me rendre relativement régulière. Le cardio semble pour certains un arnachement bien inutile, mais il me tempère et me permet de ne finir pas trop lamentablement….le negative split n’étant pas encore pour demain !


Place à Nicolas ASM pour son Quatrième relai de 8500 m !

Première expérience sur un marathon relais et je dois dire que je n’ai pas été déçu (sauf par ma performance !).
Il faut bien avouer qu’encourager ses coéquipiers est amusant mais lorsque approche l’heure de s’échauffer on commence à se crisper. Courir seul est une chose mais prendre un relais en est une autre surtout quand au retour de blessure on est diminué…
Après un petit échauffement je sens bien que je ne vais pas faire des étincelles mais comme le disait Pierre on est là pour s’amuser !

Me voilà dans la zone de transition à attendre Brinouille… Un petit top dans la main et me voilà parti… trop vite ! Après un petit sprint pour me lancer je lève le pied. L’allure est « faible » pour moi. Tourner autour de 4’20 au km quand on était capable 2 ans auparavant de tenir 3’50 au semi cela à de quoi perturber mais je dois batailler pour mes coéquipiers qui se sont bien battus. Ne pas penser au vent de face qui casse les pattes et essayer de tenir un « bon rythme » tout en restant assez frais pour enchaîner sur 4500 m avec le reste du groupe ! Pas évident mais j’arrive dans la zone de relais en 37mn17 avec de la réserve…
Me voilà maintenant au milieu de cette belle équipe. On a tout de suite en point de mire le team de Charenton qu’on doublera après 2 km avec le vent en pleine face… Brinouille ne pouvait pas attendre pour les doubler ! Coriace la belle ! Nous voilà maintenant Pierre et moi à guetter un éventuel retour de nos adversaires tout en encourageant les gazelles J
Nous finissons main dans la main avec le plaisir du devoir accompli…Vivement l’an prochain pour un chrono sous les 3 h !!!!!!!!

Nicolas.

2007-06-03 21:03:52 : Mon CR des "10 km du 10ème" Paris/canal Saint-Martin - 4 photos - 43 réactions

Un sympathique soleil pour cette première autour de l'hôpital Saint-Louis et du canal Saint-Martin, où Je retrouve Fred, JPII, Vincent, Tomis, Flash, et fais la connaissance de Fred Courage. Il fait beau on est bien on est le long du canal, Paris parfois ça peut être chouette !
Je ne suis pas parti pour une performance perso. Je suis en cours de prépa 10 km commencée voilà 15 jours en vu l’ekiden de Choisy le 24 juin (et pourquoi pas les foulées des Iles…)

Je sais que ça va être très raide avec les excès et les 2 kg de plus de ces 15 derniers jours. Malgré ma FCM de 198, je n’aime vraiment pas quand le cardio dépasse les 180, pile poil ce que je dois faire pour un 10 km. En même temps c’est une toute petite course, nous somme à peine 150, c’est le moment de cavaler à fond !

C’est parti pour 10km400 en 4 boucles qui passent le long du canal. Départ de luxe vu le nombre de participants, je vois plein de filles partir en trombe, mais ouf la longue petite côte en rappelle beaucoup à l’ordre. Je reste stoïque… je suis partie 10 secondes au km trop vite mais je ne réaliserais qu’un peu plus tard. Quand la place du Colonel Fabien arrive et que ça devient plat le cardio est déjà à 178. Descente endiablée le long de l’hôpital Saint-Louis, je sens moins bien la deuxième boucle. Au moment où je commence à sentir la fatigue de la côte un bénévole m’indique que je suis la première, ah bon je suis étonnée, fort contente aussi mais pas pour longtemps…10 secondes plus tard Une nénette arrive et me passe tranquillement avec une petite foulée opiniâtre, tandis que la mienne s’écrase et ralentit, et que mon souffle se fait entendre. En haut de la côte la fille a 100 mètre d’avance, je n’ose imaginer dans combien de temps les autres vont me passer. Le cardio est à 182 et ça devient dur. La montée est finie. Sur la place Flash m’encourage gentiment et passe devant moi. Je commence à être cuite, le plat et la descente passent trop vite et le cardio redescend à peine. Juste avant le canal Mon homme Nico qui courrait juste derrière moi me crie « ch’suimort ! » et ralentit un peu, ça me zèle, si je suis enfin capable de le fatiguer un peu c’est que ça ne va pas si mal !

L a 3ème boucle est hard…je me décourage et les pulses montent à 184, je vois mon cardio afficher 5mn20 au km dans la montée alors que j’arrivais à assurer 4mn35/40 sur les premières. Je tente de me ressaisir, un p’tit jeune s’accroche à ma foulée, me fait la causette et m’encourage. Là le parcours change on redescend cette fois-ci le long du canal et l’on nous offre un petit passage le long du quai. Oups des pavés ! Connaissant mes chevilles farceuses je ralentis et m’applique à bien poser la voute plantaire au sol, une vilaine montée casse pattes nous fait revenir sur le goudron. En haut de la côte mon cardio est à 185 et je commence à avoir la vue plus très nette et la foulée hasardeuse et flottante. Ca redescend, et je ralentis pour que le cœur se calme. Nous arrivons au pont de la grange aux belles, on nous fait passer sur la passerelle, marche obligatoire.

A la dernière boucle un mec me rattrape et m’encourage, je commence à me dire que le short c’est super pour avoir des supporters ; )) Il voit que je suis à l’arrache et me donne de précieux conseils, de calmer ma respiration, d’accepter de ralentir pour que le cœur se calme, il me donne de l’eau, me renverse la bouteille sur la tête : ) Conseils avisés puisque dans la descente je retrouve un peu de jus pour finir –après un passage de pont au pas- en 47mn15.

Bilan :

-une course vraiment pas bien gérée du tout et dans la douleur même si je ne m’en suis pas vraiment rendu compte dans l’action… c’est en regardant ma courbe que je réalise mes erreurs.

-un chrono qui m’enthousiasme, car cela fait du 45mn45 au 10 km, avec 2 passages de passerelle en marche forcée (pas si forcée que ça, ça m’arrangeait bien en fait de reprendre mon souffle tandis que les autres devaient faire de même). Ça me laisse présager du bon pour la suite, si j’apprends à accepter de partir raisonnablement, et que je recalibre mon accéléromètre pour enfin ne plus prétexter que mes allures au km sont faussées et du coup les ignorer.

-Yes j'ai enfin battu mon mec sur un 10 km ! il n'était pas bien loin derrière moi... mais mine de rien voilà 4 ans que je m'entraine et jusqu'à maintenant je ramais derrière lui dans les courses que nous avons fait ensembles (alors qu'il ne court jamais) ! ; )))))

2007-05-23 21:17:49 : 100 km de Vendée : les photos - 1 photo - 26 réactions

Les photos sont sur :
http://www.flickr.com/photos/brinouille/sets/72157600252494455/

les récits sont sur :
http://www.courseapied.net/forum/msg/39209.htm


Encore un grand Bravo et Merci aux Vincennus/participants du forum : Jibé, Baltha, Ouille, Jean-luc, Raztaboule, MomoVH3...et à Nico pour les photos

Premier homme Bernard Bretaud en 6h53mn02
Première femme Karine Herry en 8h10mn

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net